Je veux être

 Je
suis...

un auteur ou une autrice...

 Je
cherche...

un auteur ou une autrice...

 Je
m'informe sur...

un auteur ou une autrice...

 Je
veux être...

un auteur ou une autrice...

Une nouvelle

Dix conseils de Charles-Étienne Ferland et Paul Ruban

Bravo, vous avez décidé de vous lancer dans l’écriture d’une nouvelle ! Mais comment s’y prendre, au juste ? Par où commencer ? Quels pièges éviter ? Voici onze petits conseils qui pourront peut-être vous être utiles.

Court, c’est mieux

La nouvelle est une forme littéraire extrêmement riche et pleine de possibilités. Mais n’oubliez pas qu’en ce qui concerne ce genre, « moins, c’est plus ! »  Plus un texte est court, plus il se corrige et se complète facilement. Le brévité vous permettra d’aller à l’essentiel, de recevoir aussi des commentaires critiques en petites doses, et de prendre ainsi confiance en votre plume. Et puis… rien n’empêche qu’il y ait une suite !

Surprise !

Il n’y a rien de pire qu’une nouvelle qui ne surprend pas. Si le lecteur voit la chute venir à mille à l’heure, c’est qu’il faut la repenser.

 “Rhythm, baby!”

Une fois que vous avez trouvé le rythme de votre nouvelle, laissez-vous emporter. La musicalité du texte aidera à garder le lecteur en haleine, en plus de vous aider à débobiner le fil narratif.

Je baille, tu bailles

Parmi les règles d’or de la nouvelle préconisées par l’illustre inconnu Hubert Engelhard, la plus importante est peut-être la suivante : « Ayez la terreur d’ennuyer. » Si votre nouvelle vous fait cogner des clous, soyez assurés qu’elle endormira votre lecteur. Contrairement au roman, le format court et condensé de la nouvelle ne fait qu’accentuer les longueurs inutiles. Un bâillement résonne plus fort dans un placard que dans un stade.

Peu de personnages… mais bien mis en chair

Mettre en scène une flopée de personnages dans une nouvelle, c’est casse-gueule. Limitez-vous plutôt à un ou deux protagonistes. En revanche, donnez-leur un caractère et une voix unique. Parfois une brève description physique suffit pour les mettre en chair.

En cas de doute, faites-les parler

S’il est possible de faire avancer l’intrigue par du dialogue, n’hésitez pas une seconde. Faites parler vos personnages.

Soigner les premiers

La première phrase du texte. Le premier paragraphe de la nouvelle. La première phrase de chaque paragraphe. Il faut leur porter une attention toute particulière. Ces passages accrochent la curiosité du lecteur et lui donneront envie de continuer sa lecture.

Écrire pour la chute

On a parfois envie d’écrire pour que ce soit joli. Et dans votre premier jet, n’hésitez pas à vous lâcher lousse ! Mais en vous relisant, essayez de prendre du recul. Demandez-vous si chaque phrase est pertinente et nécessaire à faire avancer l’histoire. Car tout doit mener à la chute.

Allez vous balader

Si vous frappez un mur, ne vous morfondez pas devant votre écran. Sortez dehors et promenez-vous, même si ce n’est que pour faire trois tours de la maison. Vous serez surpris à quel point un cerveau bien oxygéné vous pondra de nouvelles idées.

Qui dit nouvelle, dit labo

La nouvelle est un formidable laboratoire créatif. Expérimentez avec différentes idées, styles et voix narratives. Pourquoi pas, par exemple, essayer d’écrire du point de vue d’un objet inanimé ou d’un animal ? Surprenez-vous à sortir de votre zone de confort et surtout, amusez-vous ! Le pire qui peut arriver, au fond, c’est que votre chat couvre ses yeux avec sa patte, de honte, en lisant votre mauvaise nouvelle.