Gabriel Osson, lauréat du Prix Alain-Thomas 2021 !

Gabriel Osson, lauréat du Prix Alain-Thomas 2021 !

Toutes nos félicitations à Gabriel Osson, premier lauréat du Prix Alain-Thomas avec Le jour se lèvera publié aux Éditions David !

Ce qu’en a pensé le jury : Le jour se lèvera rend hommage à une jeunesse haïtienne en quête de liberté pour son peuple asservi sous le règne sans pitié du dictateur cannibale Papa Doc. Gabriel Osson, d’origine haïtienne, revient sur une douloureuse page de l’Histoire d’Haïti, entre Noirs et Mulâtres. Une île « si belle et si cruelle » à la fois aux yeux du mouvement clandestin Jeune Haïti qui tenta au cours de l’été 1963 de renverser le gouvernement dictatorial duvaliériste. Le récit dépeint la témérité de 13 jeunes Haïtiens issus de l’exil, déterminés à révolutionner le monde car « Haïti peut et doit survivre » hors de la misère, la pauvreté et l’horreur de la dictature. L’auteur nous donne à voir le destin tragique de ces jeunes révolutionnaires qui apprendront à tuer, à survivre sous la torture des Tontons macoutes (milice paramilitaire créée à la suite d’un attentat contre le président François Duvalier en 1958), à mourir dans la dignité de leur militantisme irréversible. Tout au long d’un écrit sans détour, on avance avec eux dans la boue jusqu’aux genoux. On les accompagne jusqu’à la descente aux enfers inévitable où l’on regarde la mort en face. « Le jour se lèvera où la Révolution finira par triompher. »

 

Regardez en rattrapage l’annonce du lauréat :

 

 

Toutes nos félicitations aussi aux finalistes !

Capitaine boudu et les enfants de la cédille d’Éric Mathieu – Éditions L’Interligne

Ce qu’en a pensé le jury : Avec Capitaine Boudu et les enfants de la Cédille, Éric Mathieu nous offre un roman jeunesse de science-fiction où la magie de la langue est savamment mise à l’honneur. Le narrateur Félix et le Capitaine Boudu sont entrainés dans une aventure rocambolesque sur la planète Tanguy. Ils vont aider des colonisés dans leur combat pour retrouver leur langue et leur culture. Professeur de linguistique, Mathieu souligne comment les enfants sont doués pour le langage, pour l’apprentissage d’une ou de plusieurs nouvelles langues. Son intrigue finement ciselée encourage les jeunes à continuer de nourrir leur créativité une fois rendus à l’adolescence et à l’âge adulte. Le refrain suivant sert de leitmotiv tout au long du roman : « Continue ta route / N’abandonne jamais / Et à la fin du jour / Et à la fin de la nuit / Continue pour toujours » (p. 28). Bien que le récit s’adresse aux enfants, les adultes nageront en pleine allégorie. Ils y décèleront des pans de notre propre histoire, notamment en matière d’assimilation et d’acculturation.

 

Niagara…la voie qui y mène de Nicole V. Champeau – Éditions David

Ce qu’en a pensé le jury : Dans cet essai multiforme, Niagara… la voie qui y mène, Nicole V. Champeau explore en profondeur tous les aspects de l’histoire de la région sud de l’Ontario, en particulier les villes et les communautés qui longent le fleuve Saint-Laurent à partir de Cornwall jusqu’aux chutes Niagara. L’auteure ne se contente pas de simplement tracer une chronologie des événements mais, ayant recours à différentes techniques et formes littéraires, trace un portrait à multiples niveaux des grandes transformations qui ont marqué la région, des aspects sociologiques, politiques, géologiques, sociales des transformations. L’auteure fait preuve d’un savoir immense sur le sujet. Il y a tout dans ce livre : incantations, relevés historiques, descriptions subjectives, nomenclatures, chronologies d’événements, explications de contextes sociaux, et j’en passe. Un livre d’une grande complexité, imbu d’un amour profond sur cette partie de notre province dont certains aspects ont été occultés par les grandes transformations qui ont eu lieu au fil des années. Ce qui étonne le plus dans cet ouvrage, c’est l’ampleur de la recherche, la portée de la réflexion ainsi que la profondeur et la sensibilité que l’auteure apporte à son récit, que l’on pourrait presque qualifier d’encyclopédique. C’est époustouflant.