Découvrez les trois finalistes du Prix littéraire émergence AAOF 2021 !

Découvrez les trois finalistes du Prix littéraire émergence AAOF 2021 !

Découvrez les trois finalistes du Prix littéraire émergence AAOF 2021 !

 

Ottawa, le 14 septembre 2021 — L’Association des auteures et auteurs de l’Ontario français (AAOF) est très heureuse de pouvoir vous annoncer les trois finalistes du Prix littéraire émergence AAOF 2021! 

Le Prix littéraire émergence AAOF 2021 — financé par l’entremise du Fonds Françoise-et-Yvan-Lepage (AAOF) de la Fondation franco-ontarienne — sera remis à un auteur ou une autrice émergeant.e, membre de l’association, ayant publié son premier ou second ouvrage, destiné à un public adulte, entre le 1er janvier 2019 et le 31 décembre 2020.

Le/la lauréat.e se verra attribuer une bourse de 3 000 $, dont 1 000 $ servira à la promotion de l’ouvrage.

Mais qui succédera à Blaise Ndala avec Sans Capote et Kalachnikov  publié chez Mémoire d’encrier ?
La réponse, le 20 octobre prochain à partir de 18 h, puisque le ou la lauréat.e sera dévoilé.e, comme chaque année, durant la cérémonie de remise des Prix du livre d’Ottawa.

L’AAOF remercie très chaleureusement son jury 2021 composé de Louis Anctil des Éditions du pacifique Nord-Ouest, d’Éric Dumais, président fondateur de La Bible urbaine et de Michèle Matteau, autrice.

 

LES FINALISTES

 

Rue des rêves brisés de Guy Bélizaire publié aux Éditions L’Interligne

L’immigrant est toujours marqué par son pays d’origine et cette influence s’étend à ses enfants. C’est le cas de Christophe. Né à Montréal de parents haïtiens, il rêve durant toute son enfance d’aller en Haïti. À l’adolescence, Christophe ne voit plus les choses de la même manière et, lorsqu’on lui annonce le grand départ, il sent son monde s’écrouler. Après un recueil de nouvelles remarqué, Guy Bélizaire explore à nouveau les thèmes de l’exil, du racisme et de la nostalgie dans ce premier roman bouleversant sur la vie, qui, malgré ses promesses, prend parfois plaisir à briser nos rêves.

Biographie de Guy Bélizaire

Né à Cap-Haïtien, Guy Bélizaire vit au Québec depuis 40 ans. Il est diplômé en sciences économiques, en relations industrielles et possède également une maîtrise en administration publique. Ancien cadre supérieur à la fonction publique fédérale, Guy Bélizaire vit dans la région de l’Outaouais.

Ce qu’en a pensé le jury : « Guy Bélizaire nous touche droit au cœur : l’action de son roman s’ancre dans la communauté haïtienne de Montréal, une communauté où couvent les rêves de retour au pays d’un père et ceux d’intégration à la terre d’accueil de son fils. L’adolescent qu’est Christophe recherche de nouvelles amitiés, et vit un premier amour. Son père, quant à lui, désire revoir le pays qu’il a fui des décennies plus tôt.
Les rêves de ces deux générations s’opposent. L’adolescent découvre peu à peu les faiblesses de son père, les écarts de ses amis, l’ambivalence de sa copine. Mais il se refuse à entreprendre le voyage que lui propose son père. Au moment où tout semble enfin s’harmoniser, la violence policière vient anéantir tous les espoirs. Rue des rêves brisés est une histoire profondément humaine, tristement d’actualité, qui abat bien des préjugés, en plus de nous ouvrir à de nouveaux horizons. »

 

 

Gaucher.ère contrarié.e de V.S Goela publié aux Éditions L’Interligne

Trente-trois consonnes et treize voyelles font quarante-six caractères en sanscrit. Trente-trois chapitres et treize personnages composent ce roman hors norme où évoluent notamment une chef de cuisine transgenre d’origine indienne, un sommelier qui ne boit pas d’alcool, un danseur à la retraite qui anime une téléréalité au Nunavut et une agente de bord adepte de tir.
Les trajectoires paradoxales des personnages de V.S. Goela s’entrelacent comme les fils d’une tapisserie humaine bigarrée, toutes reliées par la nourriture, l’art et la fluidité des genres. Gaucher.ère contrarié.e est une première œuvre qui défie toutes les conventions : non linéaire, non traditionnelle et d’une liberté absolue.

Biographie de V.S Goela

V.S. Goela tire son inspiration créatrice de ses multiples voyages. Les normes identitaires, dans le contexte du pluriculturalisme canadien, sont au centre de sa pratique d’auteur.e.

Ce qu’en a pensé le jury : « Avec Gaucher.ère contrarié.e, l’énigmatique V.S. Goela fait un pied de nez aux étiquettes et aux conventions de la langue française. À travers ce livre inclassable, né d’une verve libre et non linéaire, l’auteur.e dresse une galerie de personnages qui s’avèrent être les miroirs de sa personnalité ainsi que les reflets de sa propre vision du monde, de ses valeurs, de ses idéologies. Cette drôle de fiction sert d’excuse à un désir conscient d’aborder des thèmes qui lui sont chers, à savoir les notions de genres, le pluriculturalisme et la disparition du français dans une Amérique de plus en plus anglicisée. Voilà un électron libre de la scène littéraire qui fait sourciller autant qu’il ravit. »

 

 

Premier quart de Véronique Sylvain publié aux Éditions Prise de parole

Dans Premier quart, la poétesse revisite le Nord, lieu de sa naissance, à travers le voyage et les souvenirs. Au long de son parcours, elle tentera de comprendre les drames et réalités à l’œuvre dans le rude climat nordique. Elle sera ainsi ramenée à ses propres combats, à la solitude, à la tristesse, à l’angoisse, et à l’hiver qui invite à l’introspection. La nature et l’écriture lui permettront d’inscrire sa quête dans un vaste héritage familial et littéraire.

Ce premier recueil de Véronique Sylvain tisse la nordicité en contrepoint d’une identité féminine et urbaine. Il s’inscrit dans la lignée de poètes établis (Robert Dickson, Patrice Desbiens, Michel Dallaire, Gaston Tremblay) et émergents (Sonia-Sophie Courdeau, Daniel Aubin) ayant contribué à forger l’esthétique poétique du Nouvel-Ontario.

Biographie de Véronique Sylvain

Originaire du Nord de l’Ontario, Véronique Sylvain habite à Ottawa, où elle a complété une maîtrise portant sur les représentations du Nord dans la poésie franco-ontarienne. Ses poèmes ont paru dans les revues À ciel ouvert et Ancrages, ainsi que dans le recueil collectif Poèmes de la résistance (Prise de parole, 2019). Véronique se consacre à différents projets artistiques, dont l’écriture de chansons, et occupe le poste de responsable de la promotion et des communications aux Éditions David. Premier quart (Prix Trillium, Prix du livre d’Ottawa, Prix Champlain) est son premier recueil.

Ce qu’en a pensé le jury : « Avec Premier quart, Véronique Sylvain nous livre un texte épuré, d’une riche et éloquente sobriété. Cet itinéraire identitaire laisse ses empreintes indélébiles sur un paysage flou et immense à la fois. On dirait un tableau de Jean-Paul Lemieux, dessiné avec des mots… Avec une émotion retenue, mais profonde, l’autrice tresse ses parcours d’hier aux voyages d’aujourd’hui. Sa mémoire danse sur la blancheur du Nord et fait vivre en touches discrètes le pays dont elle s’est éloignée, mais qui l’habite à jamais. »

 

Renseignements :
Aude Rahmani, Chargée de projets et de communication
Tél : 613-744-0902 | Courriel : communications@aaof.ca ou info@aaof.ca